06/03/2017

Recevoir à Paris,au musée du Quai Branly, un portrait intimiste du Musée des Confluences de Lyon permet une exposition présentée au sein de l’atelier Martine Aublet jusqu’au 21 mai 2017. Cette présentation UNE FENÊTRE SUR LES CONFLUENCES illustre à travers quelques pièces iconiques ou étonnantes, la richesse et la poésie des liens tissés par le monde des hommes avec la nature.



Au confluent du Rhône et de la Saône, l’architecture du musée des Confluences naît de la rencontre d’un Cristal de verre et d’un Nuage d’inox, à l’image de la convergence des deux cours d’eau. Conçu par Coop Himmelb1 au, le musée est l’unique réalisation française de cette agence autrichienne, connue dans le monde entier pour son architecture de l’école déconstructiviste. Depuis l’intérieur jusqu’au toit, l’architecture du musée dialogue avec la ville et le confluent par des jeux surprenants de transparence et d’ouvertures, offrant au visiteur une véritable expérience de visite. Le musée des Confluences aborde de grandes questions universelles : l’origine et le devenir de l’humanité, la diversité des cultures et des sociétés mais aussi la place de l’humain au sein du vivant. Soit un parcours permanent de 4 expositions dont la démarche inédite est de proposer au visiteur une approche interdisciplinaire. Décloisonnées, les sciences sont mises en dialogue et font émerger de nouvelles clés pour comprendre et dénouer la complexité des cultures.

Dans un premier temps l’exposition Une fenêtre sur Confluences aborde l’histoire du musée à travers quelques personnages clés, dont l’apport de collections ou l’approche muséale sont fondamentaux.
Cette Exposition du 07/03/17 au 21/05/17 dans l'espace de l'Atelier Martine Aublet est véritablement UNE FENÊTRE SUR LES CONFLUENCES dans un espace modulable sur le Plateau des collections du MUSÉE du QUAI BRANLY .Hélène Lafont-Couturier, sa directrice présente une exposition y dessine un portrait intimiste du musée des Confluences, ouvert à Lyon en décembre 2014.
« Les collections qu’il conserve, constituées depuis le 17e siècle, remontent les âges et sillonnent les géographies de notre planète. Depuis les premières ères géologiques et climatiques à travers le minéral et le vivant et jusqu’aux liens complexes de l’homme avec la nature, c’est une fissure dans le temps qui s’ouvre à nous. Il s’en échappe des fossiles et des scarabées, des plumes et des papillons, des outils et des parures.
La sélection de ces objets et vestiges et leur mise en dialogues témoigne de ces moments où l’homme s’est inséré dans son environnement. Il en a tiré des croyances, des mythes et des symboles multiples. Il a imaginé des récits de création, façonné les moyens de sa vie et de sa survie, redouté l’au-delà. Et tenté de dominer l’inconnu par la recherche du beau. »
L'authenticité mystérieuse de la "statuette fétiche granit"

C’est l’histoire d’une statuette entrée au musée en 1934 qui suscite aujourd’hui beaucoup de questions sur son authenticité. Son origine interpelle, modifiée au cours des années, elle provient tantôt des Îles Marquises tantôt des Antilles pour s’avérer être façonnée dans une pierre qui ne peut provenir des Îles Marquises. Toutes ces questions interpellent. Le musée a-t-il été victime d’une supercherie ?

Atelier Martine Aublet Plateau des collections 
  •  A voir du mardi 07 mars 2017 au dimanche 21 mai 2017
  • Fermeture le lundi
    mardi, mercredi, dimanche : 11h00-19h00
    jeudi, vendredi, samedi : 11h00-21h00
  • Accessibilité : 
    • Handicap moteur
  • Public :   Tous publics

  • Plein tarif :  10,00 €
    Tarif réduit : 7,00 €
    Billet jumelé
    Plein tarif :  12,00 €
    Tarif réduit :  9,00 €
    Tarif réduit :  7,00 €




Enregistrer un commentaire