03/03/2017

Le Mémorial de la Shoah, à Paris,présente un rare inventaire de la relation entre la bande dessinée et la Shoah ( Holocaust et Comics ) riche de plus de 200 planches.Un évènement sans précédent à voir gratuitement, pour aller au-delà de notre connaissance du sujet avec des bandes dessinées mondialement lues et connues comme celle de Maus, d'Art Spiegelman, oeuvre la plus connue de nos jours sur ce thème .

Lueur d’espoir dans la sombre histoire de la Shoah, le Mur des Justes, érigé dans l’Allée des Justes qui jouxte le Mémorial de la Shoah, porte les noms des hommes et femmes qui, au péril de leur vie, ont contribué au sauvetage des Juifs de France pendant la Seconde Guerre mondiale.

Situé à proximité du Mur des Nomsle Mur des Justes détaille les noms et prénoms des Justes ainsi que le lieu où ils ont œuvré. Neuf plaques vierges ont été prévues afin d’accueillir les noms des personnes qui seront ajoutés


Le musée consacré à l'histoire juive durant la Seconde Guerre mondiale s'interroge sur les tenants et les aboutissants de cet art populaire qui s'est emparé du sujet dès l'année 1942, jusqu'à aujourd'hui. Une visite de ce lieu de mémoire passionnante et enrichissante pour tous et utile face à notre actualité afin que le pire ne recommence jamais.


UNE RELATION CHAOTIQUE ET DIFFICILE
Pour des raisons parfois étranges, la Shoah va rester longtemps, dans la bande dessinée et ailleurs, un tabou. Les supers-héros tournent autour des camps d'extermination, y entrent parfois, mais ne les libèrent jamais. La question n'occupe pas davantage les créateurs européens ou japonais avant la fin des années 1970.Mais à la fin de cette période non seulement des personnages juifs vont apparaître dans la bande dessinée, mais ils témoigneront de leur expérience du génocide .
Art Spiegelman, Maus.La bande dessinée la plus connue abordant l'histoire des camps d'extermination par un témoignage en transposant les personnages avec des souris dessinées pour atténuer les effets des images choquantes .
La bête est morte, Edmond -François Calvo, dessins , Victor Dancette et Jacques Zimmermann ( scénario) Gallimard , novembre 1944, recueil original comprenant les 77 dessins de l'album.Cet album paraît quelques mois seulement après la fin de la Seconde Guerre mondiale. Il entreprend de raconter la guerre en la transposant chez les animaux, les Allemands sont des loups, les français des lapins, les Belges des lionceaux, les Anglais des dogues, les Américains des bisons et les Russes des ours.Les évènements racontés sont suffisament précis pour ne laisser aucun doutes au jeune lecteur: ce sont les atrocités que viennent de subir ses parents dont on parle.
La SHOAH DES ENFANTS 
La Bande dessinée s'est logiquement emparée de l'impératif du devoir de mémoire. Des albums ont été spécialement conçus pour exercer l'intelligence des plus jeunes, le plus souvent à travers des récits centrés plus précisément sur le destin des enfantsvictimes par excellence la Shoah. Des histoires d'enfants victimes cachés, des récits de vie fictions comme autobiographiques ont ainsi vu le jour. 

EN 2012 ,La deuxième génération Michel KICHKA, ose se confronter au Maus de Spiegelman en livrant à son tour le témoignage d'un enfant de survivant .



Deuxième Génération n'est pas un règlement de comptes avec l'Histoire. C'est un récit autobiographique à travers lequel Michel Kichka retrace les instantanés décisifs d'une enfance, d'une jeunesse et d'une vie passées dans l'ombre de la Shoah, du plat pays à la terre promise, entre cauchemars, souvenirs drôles, moments joyeux et actes de délivrance.
Célèbre auteur israëlien et caricaturiste majeur, Kichka n'est pas seulement un fervent partisan de la paix au Proche-Orient, il est aussi le fils d'un homme qui fut l'unique survivant de sa famille après la guerre. À 20 ans, son père est revenu dans sa Belgique natale. Il y eut deux filles et deux garçons. Et un vécu si pesant que ses enfants n'ont eu de cesse de vouloir s'en émanciper, chacun à sa façon. Un ton unique et touchant, une histoire intime et poignante. Deuxième génération est un roman graphique qui tient à la fois du récit et du documentaire historique, une bande dessinée splendide et déroutante.Cette bande dessinée autobiographique raconte l'enfance de l'auteur et la vie auprès de son père, seul survivant d'Auschwitz de sa famille. Michel Kichka explique avec humour et émotion le "syndrome de la deuxième génération", ce mal qui touche les enfants des survivants, écrasés par le poids du passé de leur(s) parent(s).
Nous n’irons pas voir Auschwitz est le premier roman graphique de Jérémie Dres qui date de 2011. 
À la recherche de leurs origines, l’auteur et son frère partent en Pologne sur les traces de leur grand-mère décédée. Cette quête familiale leur permettra de rencontrer la communauté juive polonaise d’aujourd’hui et de mesurer son renouveau. A travers une multitude de rencontres, avec la jeune génération d’artistes polonais à Varsovie, avec un rabbin progressiste américain ou encore avec l’historien Jean-Yves Potel, c’est une image moderne et contrastée de la nouvelle communauté juive de Pologne qui émerge de ce récit intimiste.
Au-delà d’un simple travail de mémoire, ce que les deux frères vont découvrir va profondément enrichir leur identité, faire la lumière sur les relations judéo-polonaises et interroger les préjugés, notamment d’antisémitisme, qui ont pu leur être transmis durant leur enfance. De Paris à Varsovie, entre recherche identitaire et enquête documentaire, Jérémie Dres dresse avec un ton plein de justesse et de drôlerie un portrait de la communauté juive de Pologne. Par son aspect documentaire, ce roman graphique original aborde avec une perspective inédite, toute en finesse, des problématiques peu traitées par la bande dessinée contemporaine : le rapport à l’avenir de la communauté juive de Pologne, à travers ses aspirations et ses contradictions.
Ajouter une légende



La Spoliation des biens juifs fut lancée par les Allemands en zone Nord dès le début de l'Occupation,assumée par Vichy et étendue par l'Etat Français à l'ensemble territoire national à partir de juillet 1941.Les auteurs de bande dessinée se sont penchés sur cet aspect peu connu de la Shoah.


"La propriété" de Rutu Modan , éditions actes sud.

 “Avec la famille, vous n'êtes pas obligé de dire l'entière vérité et ce n'est pas considéré comme un mensonge."
Après la Mort de son fils, Régina Segal emmène sa petite fille, Mica, à Varsovie où elles espèrent récupérer une propriété familiale spoliée pendant la seconde guerre mondiale. Une histoire de famille, de secrets, et d'amour. 

Enfin pour finir une fiction en quatre volumes, 
avec un manga Japonais de Ozamu Tezuka.
Berlin, 1936. Le journaliste Soheï Togué couvre les J.O. quand il apprend que son jeune frère a été enlevé et tué par la police spéciale. Ce dernier aurait mis la main sur un document prouvant qu’Adolf HITLER avait un huitième de sang juif. À la recherche des meurtriers de son frère, Soheï croisera le chemin de deux enfants allemands se prénommant également Adolf. Meilleurs amis du monde, le destin et la guerre en feront des ennemis mortels !

L' initiative du musée est aujourd'hui plus encore essentielle à la mémoire collective.Il est entièrement gratuit toute l'année et à la fois centre de recherche et de documentation , il accueille des groupes scolaires et des particuliers.
Le jour de ma visite un groupe de 80 adolescents visitaient le lieu accompagné d'un guide du musée et d'enseignants.

Situé à l'entresol, cette crypte renferme un tombeau symbolique en forme d'étoile de David en l'honneur des Juifs de France exterminés pendant la Seconde Guerre mondiale.

Le Mémorial de la Shoah est ouvert tous les jours de 10h à 18h, sauf le samedi. Nocturne jusqu’à 22h le jeudi.
Fermetures annuelles : le 1er janvier, le 1er mai, le 14 juillet, le 15 août, le 25 décembre.
Fermetures certains jours de fêtes juives : les 11 et 17 avril et le 31 mai 2017.
Adresse : 17, rue Geoffroy-l’Asnier 75004 Paris 


Accès Métro : Saint-Paul ou Hôtel-de-Ville (ligne 1), Pont-Marie (ligne 7) Bus : 96, 69, 76, 67, Balabus
Parking : Baudoyer (place Baudoyer), Lobau, Pont-Marie (rue de l’Hôtel-de-Ville).Facilités d’accès pour le public handicap
Enregistrer un commentaire