12/12/2016

Il vous reste jusqu'au 23 janvier pour voir et revoir" René Magritte, La trahison des images", au centre Pompidou. Exposition riche de sens pour voir des mots dans la peinture de Magritte et idéale pour méditer en cette période de fêtes : "La liberté , c'est la possibilité d'être et non l'obligation d'être" René Magritte

Afficher l'image d'origine
La Trahison des images (1928–29, huile sur toile, 59 × 65 cm) ; Los Angeles County Museum of Art) ou aussi à voir au musée d'Art Moderne de Bruxelles, est un des tableaux les plus célèbres de René Magritte. Il représente une pipe, accompagnée de la légende suivante : « Ceci n'est pas une pipe. ... 

Afficher l'image d'origineRésultat de recherche d'images pour "PAUL ÉLUARD ET mAGRITTE"Résultat de recherche d'images pour "PAUL ÉLUARD ET mAGRITTE"Résultat de recherche d'images pour "PAUL ÉLUARD ET mAGRITTE"Résultat de recherche d'images pour "PAUL ÉLUARD ET mAGRITTE"Résultat de recherche d'images pour "PAUL ÉLUARD ET mAGRITTE"

Le Centre Pompidou poursuit sa série de grandes monographies consacrées aux figures majeures de l’art du XXe siècle avec l’artiste belge René Magritte. L’approche, inédite, explore l’intérêt du peintre pour la philosophie et ses échanges avec les philosophes de son temps. L’exposition replace ainsi chacun de ses grands motifs (rideaux, ombres, mots, flamme ou corps morcelé) dans la perspective d’un récit d’invention de la peinture et de mise en cause philosophique de nos représentations.
Mon avis : L'exposition à ne pas manquer: La rétrospective consacrée au peintre belge René Magritte au Centre Pompidou vous permettra de voir une manière passionnante d'aborder en images la philosophie, Magritte interroge analyse décompose les images , les mots , les choses. Ses tableaux sont comme une fenêtre ouverte sur l'esprit, la pensée et l'inconscient....


René Magritte vu par Paul Eduard.
Marches de L'oeil
A travers les barreaux des formes
Un escalier perpétuel
Le repos qui n'existe pas
Une des marches est cachée par un nuage
Une autre par un grand couteau,
Une autre par un arbre qui se déroule
Comme un tapis
Sans gestes
Toutes les marches sont cachées
On a semé les feuilles vertes
Champs immenses forêts déduites
Au coucher des rampes de plomb
Au niveau des clairières
Dans le lait léger du matin
Le sable abreuve de rayons
Les silhouettes des miroirs
Leurs épaules pâles et froides
Leurs souvenirs décoratifs
L'arbre est teinté de fruits invulnérables
Paul Eluard, les Yeux Fertiles ( Editions GLM, pARIS 1936)


Enregistrer un commentaire