21/11/2016

Plumes. Visions de l'Amérique Précolombienne au Musée du Quai Branly, RACONTE COMMENT LA PLUME DEVIENT L'UN DES EMBLÈMES du Nouveau Monde dans l'imaginaire occidental dès le XVI e siècle

Expo Plumes au musée du quai Branly
Messe de Saint Grégoire ©Musée des Jacobinss
Mosaïque de plumes sur bois , La Messe de Saint Grégoire prêté par le Musée des Jacobins de Auch.
Ici le bleu turquoise du fond du tableau a sans doute été obtenu d'un oiseau bleu turquoise : le cotinga. 

Ici l'utilisation de la plume renvoie dans les peintures coloniales à une symbolique ancestrale.

Caricature symbole des Amériques couronnée de plumes, vêtue de plumes


Ce matin j'avais rendez-vous au Musée du Quai Branly. Magnifique occasion de visiter le musée vide pratiquement pour moi toute seule
( Ce lundi un jour de fermeture) et d'y découvrir une nouvelle exposition "Plumes"consacrée à la plume dans l'Amérique Pré Colombienne.L'utilisation du thème de la plume dans les peintures coloniales andines renvoie à une symbolique ancestrale.Les plumes divines comme représentations d'oiseaux sont omniprésentes dans l'art péruvien. Leur usage n'est pas limité à la décoration, mais elles font référence au sytème de la cosmovision andine où l'univers serait formé de trois mondes intergissant ensemble pour garantir l'harmonie de la  Société.

La présentation évoque également les particularités de certains dieux de la culture Aztèque du Mexique, le Monde des Dieux (supérieur) symbolisé par l'oiseau, le monde des êtres vivants (terrestre) par le félin et le monde des Morts et des ancêtres(inférieur) représenté par le serpent.Dans les représentations religieuses on retrouve également l'oiseau , l'iconographie officielle montre un homme affublé d'un masque buccal rouge en forme de bec d'oiseau qui réunit les attributs différents des oiseaux aquatiques, capables de piquer dans les profondeurs dans l'eau avant d'en ressortir en volant , évoquant symboliquement les dispositions de QUETZALCOATL, le dieu qui traverse les différents niveaux de l'univers.
ex du dieu : En roche Volcanique poreuse, montrant un serpent à plumes précieuses

Les représentations d'oiseaux sont omniprésentes dans l'art des Amériques . Si l'art de la plumasserie s'est particulèrement développé c'est aussi pour l'exceptionnelle variété des oiseaux qui peuplent les grandes forêts.
Seule une vingtaine a été utilisée par les plumassiers aztèques. Parmi les plus importants, il y a le Quetzal ou Couroucou, , le Quetzaltototl, utilisé pour ses deux longues plumes caudales , pour la décoration des parures .Parmis les espèces au plumage les plus précieux figurent aussi les différents aras et les colibris dont le spectaculaire phénomène d'iridescence des plumes a été amplement utilisé par les plumassiers. ( on note aussi les plumes de caille, d'aigle , de perroquets, du dindon et le duvet blanc des oiseaux souvent utilisé également.

Au-delà d’un zoom sur les plumasseries précolombiennes,sont réunis pour la première fois les six tableaux de plumes conservés en France
Les visiteurs pourront en savoir plus sur les techniques de réalisation, puis découvrir l’univers parfois déroutant des représentations de l’Amérique en Europe, voir des œuvres d’art baroque andin, 
Pascal Mongne spécialiste des Amériques décrit dans une vidéo du parcours de l'exposition l'un des tableaux de Plumes emblématique prêté par Le Chateau d'Ecouen : "Le tryptique de la crucifixion", du Mexique, datant du XVI°s.
Les plumasseries coloniales mexicaines sont présentées dans l'exposition durant trois grandes périodes XVIe, XVIIe, XVIIIe ce qui permet de voir ainsi l'évolution de la technique.
L'ExpoPlumes se termine par la découverte du travail de la plumasserie miniature de NellySauniercela permet une évocation de la création contemporainenotamment à travers une montre réalisée pour Van Clef et Arpels 

Montre Lady Arpels représentant un martin-pêcheur Azur 2015
Dans le tableau présenté ci-dessous , l'utilisation d'une technique mixte, constituée de mosaïques et de plumes sur cuivre et de peinture montre l'emploi de plumes plus grosses sur une oeuvre tardive et le recours à la peinture pour traiter les parties les plus délicates comme les visages.

Mon conseil : Cette petite exposition est située dans un espace conçu comme un cabinet de curiosités contemporain , au milieu des collections . Cela vous permettra donc de visiter les autres parties du musée et ses collections permanentes.
Détails pratiques : Ouvertures du Mardi au dimanche inclus 
Mardi, mercredi et dimanche de 11h00 - 19h0O 
Jeudi, vendredi et samedi de 11h00 - 21h00
37 Quai Branly, 75007 Paris
+33 (0)1 56 61 70 00
Enregistrer un commentaire