06/04/2016

Explosion de couleurs avec Gerard Fromanger au Centre Pompidou, De 11h à 21h tous les jours, sauf le mardi.

Qui est Gérard Fromanger ?


Gérard Fromanger : Gérard, autoportrait, 2011. Série "Splendeurs IV. pastel sur papier, 76 x 56 cm . Gérard Fromanger, 2016 / Collection Centre pompidou / Dist RMN-GP. Phto Georges Merguerditchian
Gérard Fromanger : Florence, rue d'Orchampt, 1975. Huile sur toile, 130 cm x 97. Gérard Fromanger, 2016 / Courtesy galerie Jeanne Bucher Jaeger, Paris. photo Jean-Louis Losi.
Il naît en 1939, à Pontchartrain dans les Yvelines. De 1957 à 1963, il étudie la peinture et le dessin au célèbre atelier La Grande Chaumière. Il fait un passage éclair aux Beaux Arts de Paris, mais il préfère travailler dans l'atelier du sculpteur César. En 1964, Fromanger remporte le premier prix de peinture du Festival d'Avignon et il entre à la Galerie Maeght. Il est fort possible qu'il le doive à une intervention du poète Jacques Prévert. En 1968, il montre, devant l'église d'Alesia à Paris, une série de neuf sculptures : "Souffles", qu'il qualifie d'objets "interdits de stationnement". C'est surtout le souffle de mai 68 que veut glorifier l'artiste. La police n'apprécie pas, elle détruit les œuvres. Fromanger et ses amis, Jean-Luc Godard et Pierre Clémenti, sont arrêtés. En Juin 1974, le peintre participe au deuxième voyage d'intellectuels et d'artistes français en Chine. L'année suivante, un musée hollandais présente sa première rétrospective.  De 1983 à 1992, plusieurs grande villes l'exposent : Sienne, Tokyo, Dakar, Abidjan, Séville, etc. Dix ans plus tard, le musée de Guggenherim propose une grande exposition Fromanger. En 2009, une rétrospective est présentée à Brasilia et Rio de Janeiro. 2015 : le peintre participe à l'exposition "The Word Goes Pop", à la Tate Modern de Londres. 

-Ce thème de la foule, on le retrouve dans toute l'œuvre de Gérard Fromanger, il est essentiel. 
Gérard Fromanger : Album Le Rouge, 1968. 21 affiches sérigraphiées. Gérard Fromanger, 2016 / Centre Pompidou / Dist RMN-GP, photo Georges MerguerditchianLa contestation sociale de Mai 68, la révolution en marche, ne laisse pas indifférent

-Quand Mai 68 clamait "l'énergie c'est nous, j'y trouvais une force pour peindre l'énergie du monde" souligne Fromanger. 
Le Rouge est  à Gérard Fromanger , ce que le bleu est à Yves Klein, le rouge devient, pour l'artiste, le symbole des mouvements sociaux. J'aperçois une œuvre célèbre, une juxtaposition de nombreux drapeaux internationaux, recouverts de tâches et de coulures rouges... Michel Gauthier, commissaire de l'exposition précise : "Les tableaux de Fromanger politisent les couleurs, instrumentalisent les couleurs". "Faut-il peindre la révolution ou révolutionner la peinture ? Fromanger fait les deux" écrit Olivier Zahm. Le rouge est tellement important dans le travail de Fromanger, que les organisateurs lui consacrent une salle entière.

L'actualité : un groupe de personnages s'amasse dans un canot pneumatique. Au dessus, une foule avance, indifférente à l'embarcation. Je remarque que la mer est noire et qu'on retrouve, sous la forme de plusieurs cercles, le code couleur de l'artiste. C'est la dernière œuvre de cette exposition, peinte par Fromanger en 2015.
Gérard Fromanger : Gérard, autoportrait, 2011. Série "Splendeurs IV. pastel sur papier, 76 x 56 cm . Gérard Fromanger, 2016 / Collection Centre pompidou / Dist RMN-GP. Phto Georges Merguerditchian
Gérard Fromanger, du 17 février au 16 mai 2016, Centre Pompidou, Galerie du musée, Niveau 4, 75191 Paris cedex 04. 01 44 78 12 33. Métro Hôtel de Ville, Rambuteau. Ouverte de 11 à 21h, tous les jours, sauf le mardi, 14 ou 11€. Valable le jour même pour le musée national d’art moderne et l’ensemble des expositions. Accès gratuit pour les adhérents du Centre Pompidou (porteurs du laissez-passer annuel).
Enregistrer un commentaire