05/10/2015

Le fabuleux destin d'Elisabeth Vigée Le Brun, peintre de Marie-Antoinette à découvrir au Grand Palais , une artiste femme peintre à travers l'histoire




Autoportrait au chapeau de paille , the National Gallery Londres 

" Je n'ai eu de Bonheur qu'en peinture " Elisabeth Louise Vigée le Brun.
Cette rétrospective de rentrée consacrée à l’ensemble de l’oeuvre d’Élisabeth Louise Vigée Le Brun montre une artiste du XVIII ème siècle, dont la vie s’étend du règne de Louis XV à celui de Louis-Philippe. L'artiste traverse l’une des périodes les plus mouvementées et orageuses de l’histoire européenne et surtout française des temps modernes. Sous son pinceau toute une société revit, solennelle attentive aux raffinements de la mode et à sa position sociale.

C'est une artiste qui a eu une vie très mouvementée en raison des évènements historiques et mondains de la Société élégante de son temps . L'ensemble de son oeuvre est marqué par une certaine joie de vivre . Pendant la révolution elle s'enfuit en Italie, puis en Autriche et en Russie et en Angleterre . Ces sociétés  parisiennes puis italiennes et autrichiennes , russes et anglaises sont décrites dans sa peinture de portraits .Elle restera 12 années hors de France .

L'artiste exécutant un portrait de la reine Marie Antoinette 1790

L'image de l'artiste

 Louis Jean Baptiste Etienne Vigée le Brun " beau comme un ange", 1773
Tout au long de sa carrière, Elisabeth Louise Vigée le Brun s'est représentée sur la toile et sur le papier .

Ses Proches

L'artiste représente souvent son frère et sa famille dans son oeuvre.

Elle va portraiturer la famille Royale et la cour, après avoir livrer en 1778, le premier grand portrait officiel de Marie Antoinette , elle fut régulièrement sollicitée pour fixer les traits de la reine. Grande robe de cour et traîne fleurdelisée et couronne sont l'iconographie parfaite des souveraines .
Jeanne Bécu comtesse du Barry, 1743 en gaulle avec un chapeau de Paille  et maitresse de Louis XV, portrait où 
l' artiste souligne la beauté et la liberté vestimentaire

Premier Tableau :Robe en gaulle à la mode du Petit Trianon : ce tableau fut critiquer pour son caractère peu respectueux de la tenue et du décolleté de l'artiste .Deuxième tableau : Marie Antoinette en compagnie de ses enfants 1707.


C'est une certaine élégance à la française QUE L'ON RECHERCHE EN CHOISISSANT L'ARTisTE 

cI- DESSOUS MADAME GRAND (NOËL CATHERINE VERLÉE, 1761–1835. ) 

http://metmuseum.org/Collections/search-the-collections/110002351
détail de ce même tableau  de 1783 conservé à New York
L'artiste représente des femmes indolentes , le regard perdu ou provoquant d'une grande sensualité, envoutantes, les yeux tournés vers le haut lèvres entrouvertes, ici les tissus du fauteuil et les rubans de sa robe apportent un grand raffinement délicat.



Elisabeth Louise Vigée le Brun sera aussi le peintre de l'enfance et de l'amour maternel 






Vigée-Lebrun, Elisabeth - Jeanne Julie Louise Lebrun - 1787 - coll. Michel David Weill

Ici l'enfant de trois- quarts  révèle les traits de son visage dans un miroir



Portait de l'artiste avec sa fille, la tendresse naturelle, 1786
dans lequel on fait un parallèle avec les compositions des Vierges à l'enfant de la Renaissance Italienne


Elisabeth Vigée Le Brun à partir de ses 74 ans,  ne se contente plus de réaliser des paysages romantiques au pastel. Elle rédige ses Souvenirs. Un témoignage précieux sur cette génération qui a traversé la Révolution. Des extraits vivants, hauts en couleur,  en résonance avec notre actualité son à l'image de sa peinture. 

"Marie-Antoinette 
Grande, admirablement bien faite, assez grosse sans l'être trop. Ses bras étaient superbes, ses mains petites, parfaites de forme, et ses pieds charmants. Elle était la femme de France qui marchait le mieux."
Pour occuper vos enfants pendant les vacances des jeux en ligne sont accessibles sur le site de la Rmn Ici et des visites en famille pour occuper vos enfants sont accessible Ici
Bonnes Visites




Enregistrer un commentaire