13/09/2012

Vous avez encore jusqu'au 30 septembre : L'artiste portugaise Joana Vasconcelos a investi le château de Versailles avec ses oeuvres

Jeune artiste portugaise Joana Vasconcelos fait une entrée dans la cour des grands. Après Jeff Koons, Xavier Veilhan, Takashi Murakami et Bernar Venet, elle y présente ses objets détournés ayant pour thématique l’univers féminin. Née à Paris en 1971, puis élevée à Lisbonne, elle est à l’aise dans les deux cultures.Elle travaille dans son studio-atelier, près du port de Lisbonne, où défilent collectionneurs internationaux, critiques, commissaires ­d’exposition et photographes. Et où cohabitent également, en parfaite harmonie, une vingtaine de collaborateurs, ingénieurs, couturières, architectes, techniciens et tricoteuses.C'est au château de Versailles que vous pouvez admirer son oeuvre.

Avant de lire des polémiques liées aux commentaires sur l'entrée de la modernité au château de Versailles voici comment l'artiste parle elle-même de ses créations.Je vous laisse juger par vous même .
A Versailles, Marie-Antoinette élevait des autruches pour leurs plumes. "J’ai repris cette information. Je les ai teintes en rose afin de transformer mon hélicoptère en flamant. Une autruche qui devient un flamant rose, c’est la magie de Versailles !" "Je me suis dit que, si Versailles était habité aujourd’hui par un roi et sa famille, ils utiliseraient sûrement un hélicoptère pour leurs déplacements. Ce serait leur nouveau carrosse. Cette fois encore, j’ai cherché à faire cohabiter passé et présent"
Lions et bases en marbre Port Laurent (Pakistan), dentelle au crochet des Açores 
(2x) 200 x 65 x 110 cm
Collection de l'artiste; Courtesy Galerie Nathalie Obadia, Paris/Bruxelles et Haunch of Venison, Londres.
Ces lions emprisonnés dans du crochet parlent de pouvoir. Permettant à l’artiste une habile manipulation des contraires – masculin/féminin ; pouvoir/soumission ; force/fragilité ; robustesse/sensibilité, emprisonnement/protection ; solaire/lunaire .
Les corps géants, du Dauphin et de La Dauphine, enveloppés dans de délicates mailles de crochet, remettent en cause les flux habituels de signification qui circulent entre culture populaire et culture érudite, tradition et modernité.Le Dauphin et La Dauphine, deux énormes langoustes en céramique, semblent attendre l’arrivée des monarques dans l’Antichambre du Grand Couvert, où le repas royal sera servi. Le « grand couvert » sera public.Face à face, parées de sensuelles dentelles, Le Dauphin et La Dauphine s’admirent comme deux amants. 




Tricot et crochet en laine faits à la main, maille industrielle, tissus, ornements, polyester, câbles en acier 

Les visiteurs sont accueillis dans l’Escalier Gabriel par Mary Poppins, vaste corps tentaculaire né d’un mélange inédit de tissus et d’objets préexistants, d’un assemblage de textures industrielles et d’étoffes cousues main.

L’œuvre appartient à la série des Valkyries, que le visiteur retrouvera dans la Galerie des Batailles où cinq œuvres textiles sont en suspension. Énorme, colorée et tentaculaire, Mary Poppins lance dans l’espace six bras protecteurs, à partir du corps central. À l’image des autres œuvres de la série, Mary Poppins  affiche une joyeuse exubérance dans l’utilisation des ornements et des étoffes de différentes natures. Suspendue au plafond,  cette étrange créature-lustre aux formes organiques et improbables, se détache du néo-classicisme épuré de l’architecture environnante.

Pavillon du vin


Pavillon du thé



CŒUR IND



Couverts en plastique noir opaque, fer peint, chaîne en métal, moteur, installation sonore 
Les Cœurs Indépendants Rouge et Noir se présentent suspendus de part et d’autre de la Galerie des Glaces; le premier, dans le Salon de la Paix; le deuxième, dans le Salon de Guerre. Les œuvres reproduisent le cœur de Viana - pièce iconique de la joaillerie portugaise - et en offre deux versions monumentales: l’une noire, l’autre rouge, couleurs qui renvoient à la mort et à la passion; à la guerre et à la paix. A mesure qu’il s’approche de ces Cœurs étincelants, le visiteur découvre avec surprise qu’ils sont intégralement composés de couverts en plastique dans un trompe-l’œil vertigineux qui rappelle la virtuosité des maîtres du Grand Siècle. Suspendus à partir de leurs axes respectifs, les cœurs exécutent un mouvement de rotation qui évoque les cycles de la vie et de l’éternel retour.


Les œuvres ont trouvé leur titre – Cœur Indépendant – dans l’un des vers du Fado « Étrange Forme de Vie », dont les paroles soulignent le conflit entre l’émotion et la raison. La forte présence des référents musicaux dans l’installation via la voix d’Amalia Rodrigues, diva de la musique portugaise, offre une réminiscence des concerts donnés autrefois par Marie Leszczinska dans le Salon de la Paix et rappelle le rôle important qu’elle jouait dans la vie musicale de Versailles.
   Emouvante installation cinétique et sonore, Cœur Indépendant se présente comme un puissant diptyque dédié à la passion et à la mort, thèmes récurrents dans les paroles du fado, qui dialoguent ici avec les thématiques de la paix et de la guerre, présentes dans les peintures éloquentes de Charles Le Brun et François Le Moyne.
Casseroles et couvercles en acier inoxydable.


La Galerie des Glaces, théâtre de somptueuses cérémonies et d’importants événements de l’histoire de l’humanité, reçoit Marilyn, une élégante paire d’escarpins à talons hauts, dont l’échelle amplifiée procède de l’utilisation répétée de casseroles et couvercles en acier inoxydable.Confinant au gigantisme, cette accumulation génère un véritable effet Gulliver qui voit l’œuvre se dresser dans la vaste galerie telle un ode aux conquêtes de la femme dans les domaines public et privé. L’inox de Marilyn – aussi résistant que les armures et les boucliers des guerriers qui ont combattu à la guerre de Hollande et la guerre de Dévolution, thèmes explorés dans les tableaux et médaillons des plafonds en voûte de Charles Le Brun – associe son éclat métallique à celui des miroirs qui ornent l’arcade provoquant un jeu de reflets déconcertant qui démultiplie l’espace à l’infini.
Située à l’extrémité sud de la Galerie des Glaces, la monumentale paire d’escarpin renvoie le visiteur à l’immensité des succès remportés par la figure féminine absente, aussi grandioses que les victoires célébrées par Louis XIV dans les peintures de Le Brun, aujourd’hui reflétées sur la froide surface métallique de Marilyn.

Je vous laisse apprécier cet univers féérique à Versailles jusqu'au 30 SEPTEMBRE
 ET VOS enfants vont adorer cette visite ! Les miens sont tombés sous le charme de ces oeuvres laissées visibles au milieu des salles du Château !
horaires d'ouverture des Grands Appartments: tous les jours sauf le lundi, 9h – 18h30 (derniére admission: 18h) Jardin: tous les jours, 8h - 20h30.http://www.chateauversailles.fr/les-actualites-du-domaine/evenements/evenements/expositions/joana-vasconcelos-versailles







Enregistrer un commentaire