02/05/2012

Artiste majeur du XXe siècle, inventeur de la peinture métaphysique, Giorgio de Chirico (1888-1978) a fait de Paris, après Rome, sa ville d’élection.


Antigone consolatrice, 1973.
Le retour d'Ulysse, 1973
Entrée libre pour tout le monde pour les collections permanentes du Musée !
Ouvert du mardi au dimanche jusqu'à 18h
Fermeture les lundis et les jours fériés
Près de vingt et un ans après la disparition de son épouse Isabella en 1990, la Fondation Giorgio et Isa de Chirico lègue soixante et une œuvres à la Ville de Paris en faveur de son musée d’Art moderne. Ce dernier a déjà manifesté son intérêt pour l’artiste avec l’exposition Giorgio de Chirico, la fabrique des rêves en 2009 qui a montré toute l’homogénéité de l’œuvre de Chirico, son talent d’inventeur audacieux, et son mépris des conventions jusqu’à l’extrême fin de sa vie.
Le Musée d’Art moderne de la Ville de Paris devient ainsi le plus grand ensemble muséal d’œuvres de Chirico de la seconde partie de la carrière de l’artiste, après Rome.

Cet ensemble exceptionnel est présenté dans le parcours des collections du Musée d'Art moderne et il comprend trente peintures, vingt dessins, et onze sculptures .
Le Musée d’Art moderne de la Ville de Paris disposait déjà de sept œuvres de l’artiste dont La Mélancolie hermétique (1919), un de ses derniers tableaux métaphysiques, Le Portrait de Paul Guillaume (1915), et Cheval et Gladiateurs (1930).
Bains mystérieux avec un canard.1973
Idylle antique, 1942
Intérieur Métaphysique, 1968
Place d'Italie avec statue ( sans date).
Tête d'animal Mystérieux, 1975.






Enregistrer un commentaire