22/02/2017

Voir l'exposition VERMEER et les grands maîtres de la peinture de genre au Musée du Louvre qui vient tout juste de débuter ... Une belle rétrospective contenant une dizaine de tableaux du très grand peintre hollandais Vermeer, un véritable enchantement pour les yeux et les sens...et une expo qui change le regard sur la peinture hollandaise .

12 tableaux de Vermeer sont actuellement exposés au musée du Louvre et permettent d'envisager une approche plus intime du grand maître de la peinture du siècle d'or. Cette présentation a pour principal but de démontrer le dynamisme remarquable lié à l'échange d'idées entre Vermeer et les peintres de son temps .Les relations montrent que ces artistes se déplaçaient beaucoup entre Amsterdam Haarlem, Leyde, La Haye, Delft, Rotterdam et Dordrecht .La mobilité des peintres de genre est confirmée par le fait que la majorité d'entre eux ont vécu dans plusieurs villes au cours de leur carrières et leurs oeuvres se sont alors déplacées également avec eux.

Pays prospère dans un état le plus riches d'Europe qui vient d'accéder à l'indépendance, au sein d'une société bourgeoise et universitaire , héritière d'une longue tradition humaniste dans laquelle Rembrandt a fait ses débuts de peintre des années plus tôt : La Hollande occupe tout au long au XVIII e siècle, une place primordiale en Europe, elle possède également la suprématie maritime et commerciale. Avec ses compagnies Néerlandaises des Indes occidentales et orientales. Elle établit alors des comptoirs à travers le monde et s'impose comme première puissance coloniale.

L'espace privé devient l'objet de toutes les attentions, les hollandais se plaisant à orner, meubler et entretenir leur intérieur dès le XVII e siècle. Ce nouveau mode de vie du peuple hollandais , tire profit de la prospérité économique du pays et contracte le goût du confort et du raffinement que l'on retrouve ici dans les scènes de genre.Le mobilier domestique pénètre dans tous les foyers, l'armoire à linge souvent représenté par les peintres, ou bien les tableaux qui ornent les murs , les porcelaines de style chinoise de la période ming ou les tapis turcs ou les miroirs vénitiens ....Les variations apportées par les peintres se limitant souvent à changer les objets, ou à ajouter ou éliminer des figures ou des objets que les personnages ont en main.
Le peintre Hollandais Johannes Vermeer principalement connu du grand public pour sa "Jeune fille à la perle", pour "la laitière "et pour "jeune fille à la lettre"ou bien pour " la dentelière" est enfin mis à l'honneur en France.

Vermeer se démarque des autres peintres car en comparaison , il apporte une tout autre dimension intemporelle et méditative éliminant les détails . C'est une part de réflexion quasi philosophique que sa peinture développe sur notre approche de son art.Il rend ainsi la lumière du jour presque réelle. Chez les autres peintres présentés à l'exposition les allusions allégoriques sont immédiatement compréhensibles dès le premier coup d'oeil. Les tableaux de Vermeer gardent une part de mystère qui fascine grâce au caractère insondable de ses thématiques. Ce que nous montre également cette exposition c'est que même les meilleurs peintres de Leyde , les plus raffinés d'entre eux ne peuvent rivaliser !
La jeune fille à la perle , " la Joconde d'Europe du Nord" n'est pas présente dans l'exposition , elle ne se déplace plus , vous ne la verrez donc pas en visitant l'exposition du musée du Louvre.Ce tableau, probablement peint vers 1665, est l'un de ceux qui fascina le plus par son caractère énigmatique. Qui était cette Jeune fille au turban, volontiers nommé la "Joconde néerlandaise" 
Emblème de la féminité ainsi que de la richesse économique de la Hollande au XVIIe siècle, la perle n'est pas n'est pas nouvelle dans les toiles de Vermeer.  Pourtant ici, c'est sa taille qui étonne, autant que l'absence de contour pour la dessiner "Quand on regarde de près, on voit qu'il n'y a pas de contour. C'est la lumière qui sculpte la forme."Cette sculpture du tableau par la lumière a aussi été mise en évidence dans les années 1990 au moment de la restauration du tableau, mettant au jour une tâche rose à la commissure des lèvres qui renforce le caractère vivant de cette représentation. Sa posture dynamique, comme en mouvement, crée un lien entre le personnage et le spectateur tout en laissant place à l'imagination.
La lette interrompue  de Johannes Vermeer peint vers 1665-67, National Gallery of Art de Washington.
Gérard Dou , ci dessous est un génial « miniaturiste », il a travaillé dans l’atelier de Rembrandt jusqu’à ce que ce dernier quitte Leyde pour Amsterdam en 1631. Ce départ permit à Dou, qui n’avait jamais pu véritablement assimiler le style de son maître, de révéler son propre génie de « miniaturiste » réaliste. Le métier de ce peintre est en effet d’une incomparable perfection technique. Chaque objet est rendu par de toutes petites touches dont la précision touche à l’illusion : transparence du verre, reflets métalliques du lustre, satin électrique et velours moelleux, luxe coloré du rideau théâtral. Cet aspect précieux et émaillé de la surface picturale et ce réalisme minutieux, adouci par le velouté du clair-obscur, font de Gerard Dou le chef de file incontesté de cette peinture « fine » qui fit la gloire de Leyde et marqua profondément l’art néerlandais.Ci-dessous la préciosité de La femme Hydropique, de Gérard Dou visible dans l'exposition, montre la préciosité et le génie de miniaturiste des décors.
La femme hydropique, 1663, Paris Musée du Louvre . Dans le calme clair-obscur d’un intérieur, un médecin examine à la lumière du jour les urines de sa patiente, peut-être pour déterminer si elle est enceinte (le titre du tableau,  La Femme hydropique, est erroné). Cette dernière attend les résultats, réconfortée par sa fillette et sa servante. La représentation satirique de médecins et autres arracheurs de dents avait une grande place dans la peinture de genre . Mais ici il s’agit bien moins de la dénonciation triviale du charlatanisme que d’une réflexion morale sur le symbolisme de l’eau. L’eau est en effet source de vie et purificatrice, comme Dieu (d’où la Bible bien visible, ouverte sur son pupitre). Elle est très présente dans ce tableau : dans le bassin du premier plan, mais surtout par la magnifique aiguière peinte sur les volets qui protégeaient l’œuvre de la poussière (elle aussi conservée au musée du Louvre). La vie vertueuse qu’elle incarne s’oppose à la vanité du temps qui fuit (figuré par la petite horloge à côté de la fenêtre), et la pureté de l’âme aux maux du corps. Ainsi il faut sans doute comprendre le regard de la malade comme un élan vers la lumière du ciel, au-delà de la basse matérialité de cette chambre confinée.

L'habillement et les costumes utilisés par les peintres de genre comportent des ressemblances , les peintres empruntaient à leurs confrères ( des costumes, des animaux, des intérieurs, des meubles, des décorations murales et beaucoup d'autres objets )....
Vermeer Jeune fille au collier de perles , 1662_65, Berlin Staatliche Museen de Berlin détail d'une femme habillée de satin nouant son collier de perles. 

Cette exposition montre que Vermeer sur un même sujet a su capter l'essence mystique de l'instant, en traquer la part d'éternité, en préserver le secret. Comme souvent chez Vermeer, la scène semble non pas figée mais comme suspendue , enveloppée dans une brume  qui l'assourdit ce qui la rend plus hypnotique encore.
Frans Van Mieris, femme à son miroir, vers 1662, Berlin Staatliche Museen zu Berlin, détail montrant une jeune femme vêtue d'un chemisier de satin.
Gerard Ter Borch, jeune femme à sa toilette , vers 1650_1651 New York, the Met
détail d'un jeune femme vêtue d'une jupe et d'un chemisier ample de satin .
Les femmes vêtues de satin de Ter Borch ont influencé pratiquement tous les peintres de scènes de genre actifs de Hollande dans les années 1660. Moins connu que Vermeer , Gérard ter Borch, dit le Jeune, né à Zwolle en 1617 et mort à Deventer le 8 décembre 1681, est un peintre de genre et de portraits hollandais, actif à Münster et Amsterdam.
 Femme écrivant une lettre de Ter Borshpeint vers 1660_62 ,  Collection Royale de Londres.


La laitière de Vermeer est une icône de ce que l'on peut appeler une mystique du geste quotidien , c'est une petite toile, peinte vers 1657-58 et exposée au Rijksmuseum à Amsterdam. Cette oeuvre peinte par Vermeer est une oeuvre de jeunesse alors qu'il n'avait que 25 ans , elle s’est imposée au fil du temps comme l'un des tableaux les plus célèbres de Vermeer .L'isolement et la concentration de la figure les yeux baissés y contribuent pour beaucoup . Sa notoriété est aussi en partie due à la publicité pour une marque alimentaire.C'est une vraie icône de la culture des Pays Bas....alors que la jeune femme colorée se détache sur un vaste mur blanchi à la chaux et réalise en toute simplicité une recette de pain perdu avec le pain et le lait posés sur une table .

La Dentelière , vers 1670-71,Paris ,Musée du Louvre, est prise comme exemple de l'abstraction qui , progressivement , se fait jour dans l'oeuvre tardif de Vermeer.Les fils sortant du coussin à l'ouvrage au premier plan , en particulier , ont été décrits comme ayant l'apparence et la consistance de cire fondue . Dans l'imaginaire collectif, La Dentellière de Johannes Vermeer incarne le mystère qui entoure les oeuvres de l'artiste , à la fois évidentes, simples et énigmatiques ......

Exposition-événement jusqu’au 22 mai à voir au musée du Louvre, je vous conseille vivement de réserver vos places à l'avance ici billets de l'exposition afin de définir un créneau horaire ,cette exposition risque d'attirer de nombreux spectateurs, on y piétine malheureusement beaucoup car les cartels des oeuvres sont placés beaucoup trop bas par rapport aux tableaux et sont cachés par les visiteurs qui se massent devant les tableaux . ( C'est néanmoins une exposition à voir et à revoir )
A la suite de l'exposition vous comprendrez mieux pourquoi Vermeer est surnommé « le sphinx de Delft »,et pourquoi il est souvent vu comme un génie énigmatique et solitaire. Son art si singulier est en réalité profondément influencé par ses échanges avec les autres peintres de son temps. 
Bonnes VISITES 









30/01/2017

" L'Afrique des Routes" : Le parti pris choisi de cette exposition a été de privilégier les différentes formes de routes qui ont traversé l'histoire africaine : routes jalonnées de villes, routes commerciales, routes spirituelles et religieuses, routes des formes, routes coloniales, routes des objets. Cette exposition magnifique et pédagogique du musée du Quai Branly permet donc à l'Afrique de retrouver enfin sa place légitime. Vous avez du temps (jusqu'au 12 novembre 2017) pour aller à la rencontre de cette "Afrique des Routes, cette histoire de la circulation des hommes , des richesses et des idées à travers le Continent Africain."Ne tardez pas ....c'est exceptionnel . Voir "L'Afrique des Routes et grandir". ... avec le sentiment de l’extraordinaire beauté du monde et d’une humanité riche de son potentiel de paix ! On ressent le besoin actuellement et ce type de mise en valeur et cette exposition résonne donc comme un écho lointain face à l'actualité

Du 5e millénaire avant notre ère à nos jours, l’exposition évoque, au travers de 300 œuvres et  documents, les différentes routes qui ont contribué à la circulation et aux contacts des hommes, des matériaux, des œuvres et des idées en Afrique et de l’Afrique vers les autres continents de la planète. De l’art rupestre du Sahara aux œuvres contemporaines du britannico-nigérian Yinka Shonibare, l’exposition interroge par des œuvres majeures les routes commerciales (dont celles de l’esclavage), religieuses, migratoires et coloniales et dresse le portrait d’un continent.
Cavalier Dogon du XVI e siècle, Mali, région de la falaise Biandagara, bois et métal, collection Laurent Dodier, Courtesy Entwistle, Paris
 INVITÉ À SUIVRE un parcours le long de grands jalons thématiques, le visiteur découvrira combien l'histoire du continent africain est multiple....
Le pays Dogon est caractérisé par une immense falaise qui a permis aux peuples de la région d'y trouver refuge depuis plus de sept siècles. Un brassage entre ces populations et le peuple autochtone dit "Tellem" a construit ce pays où 14 langues sont encore parlées.L'image du cavalier ci-dessus indique la prestige, mais peut également soutenir le mythe de l'histoire guerrière de peuples migrants autrefois vers la falaise.
Détails d'une scène nilotique: La chasse aux Pygmées, Italie Pompéi, casa del Medico 1 er siècle de notre ère ( prêté Naples musée Archéologique).
Pygmée assis sur une grenouille entre le 'ième siècle avant notre ère et le premier siècle de notre ère, époques hellénistique et romaine, basse Egypte, en argile ( conservé au Musée du Louvre, Paris).





L'Afrique a été étonnamment oubliée dans l'histoire du Monde, non seulement depuis la genèse de cette discipline au XIX e siècle, mais aussi dans les conceptions modernes de la mondialisation, qui continuent de considérer la place de l'Afrique comme marginale. Cette exposition nous démontre non seulement le contraire et elle nous amène également à réfléchir sur la place primordiale de cet immense continent à travers l'histoire de toute l'Humanité .....






Echantillons de perles, de verre entre la 10 e et le 12 e siècle, perles D'Egypte,
 Fustat, pâte de verre , alliage cuivreux
Les routes de l'or Africain au Moyen Âge 
Avant la découverte de l'Amérique , une grande partie de l'or mis en circulation dans le monde médiéval , fut d'origine africaine. Le Ghana et le Mali possédaient la richesse de l'or.

Les routes des systèmes d'échanges en afrique.  L'étude des systèmes d'échanges des monnaies révèlent une typologie d'objets répertoriés lors des échanges sur le continent africain .Ces systèmes révèlent la complexité des systèmes monétaires, systèmes très différents de ceux instaurés de longue date en Europe
Boîte liturgique ade Ori Baayanni, fin du XIX e siècle style Yoruba, Nigéria
composé de Cauris, perles de verre, cuir , métal, Paris, musée du quai Branly

Exposition à ne rater sous aucun prétexte actuellement au Musée du quai Branly 
37 quai Branly
75007 PARIS
Du 31 janvier au 12 novembre 2017 les mardi, mercredi, dimanche 
de 11:00 à 19:00 et Du 31 janvier au 12 novembre 2017 les jeudi, vendredi, samedi de 11:00 à 21:00 PRIX  Payant - 7-10€








19/01/2017

Envie de vous mettre dans un cocon avec les températures négatives ? Pour bien commencer l'année , vous tomberez sous le charme de l'exposition de l'artiste japonaise Chiharu Shiota entièrement gratuite au Bon Marché ! Son titre évocateur : "Où allons nous ? Mémoire de l'océan ." va vous plonger dans un univers plein de poésie et vous rendra complètement sous le charme des installations autant que de ses symboles !

Le Bon Marché
L'artiste japonaise Chiharu Shiota, née en 1972 à Osaka nous présente à Paris une exposition monumentale au coeur du magasin où l'on peut découvrir un monde oscillant entre poésie , mélancolie et recherche de l'universalité. Célèbre pour ses spectaculaires installations de fils tressés et pour la puissance d'évocation de ses oeuvres , l'artiste propose un émerveillement mais aussi un questionnement : " Where are we going ? "Pour cette nouvelle exposition l'artiste établit une analogie entre la vie humaine et le voyage : chaque individu embarque alors pour une destination inconnue, traversant un océan d'expériences, d'émotions, de rencontres et de souvenirs. 



En hommage au mois du blanc inventé par Aristide Boucicaut  le propriétaire historique et fondateur du Bon Marché, Chiharu Shoota emploie pour la première fois le fil blanc pour une installation.L'artiste évoque la pureté d' un nouveau départ, sans préciser l'itinéraire : " La Vie est un voyage sans destination ". Il s'agit également de fils tissés pendant des heures comme autant de questions sur le sens de la vie ..."Where are we going ? "un titre qui renvoie à l'incertitude du voyage qu'est notre vie ....
Photographies montrant les essais d'installation, atelier de Chiharu Shiota, Berlin, 2016
POUR ALLER PLUS LOIN : DÉDICACE ET VISITES Des visites commentées de l’exposition auront lieu tous les samedis du 14 janvier au 18 février, à 10h et 11h (1 heure). 
Dans la limite de 10 personnes par visite. Gratuit, sur réservation au 01 44 39 81 81.
Des visites suivies d’atelier artistique autour de l’exposition, réservées aux enfantsde 6 à 11 ans, auront lieu tous les samedis du 14 janvier au 18 février, de 14h à 16h (2 heures). Dans la limite de 6 enfants par visite. Tarif 20€, sur réservation au 01 44 39 81 81.

23/12/2016

L'Hôtel de la monnaie se transforme avec la venue de l'artiste Maurizio Cattelan jusqu'au 8 janvier

 Maurizio Cattelan a utilisé son visage comme modèle dans plusieurs de ses sculptures. C'est un artiste né en Italie en 1960. Inattendues étranges et parfois déroutantes, les pièces mises en scène à la Monnaie de Paris vont à l'encontre des conventions de représentation et de bienséance.L'esthétique de l'échec caractéristique du travail de l'artiste et longtemps mise en avant par les critiques d'art est l'ouverture par laquelle Maurizio Cattelan introduit la critique et la subversion dans le monde de l'art et la société en général.



En entrant dans le grand Salon Dupré, de la musique est jouée . Il s'agit de Tamburino, un petit garçon ( ressemblant à l'artiste) qui frappe sur son tambour dès que quelqu'un entre dans la pièce. ...On y voit une référence au film de Volker Schlöndorff, "Le tambour" de 1979).
 Que regarde ce cheval à travers ce mur ? 
Accueil dans l'hôtel de la Monnaie, un cheval a été suspendu au plafond  au dessus de l'escalier d'honneur.Son nom de course Tiramisu  a été retrouvé au dessus de cet escalier.
Attention aux pigeons qui ornent les moulures de l'hôtel de la monnaie .Voici une drôle de famille : deux chiens labradors prennent soin d'un tout petit poussin

La "Nona Ora" 1999, est l'une des oeuvres les plus célèbres de Catalan. Cette statue très réaliste en cire du Pape Jean- Paul II accablé par une météorite fait partie d'une mise en scène élaborée. Le pape vêtu  de la tenue ecclésiastique officielle et s'accrochant à sa férule crucifère, gît sur un immense tapis rouge qui recouvre la totalité du salon d'honneur. L'oeuvre , d'après l'heure à laquelle le Christ décède sur la croix, est une image puissante, allégorie du poids que représente la fonction et le fardeau qu'il porte.La figure papale est également celle du père..

14/12/2016

A voir à partir de ce mois de décembre : Une mise à neuf très réussie de la Conciergerie qui en profite pour faire sa RÉVOLUTION....grâce à une tablette tactile louée 6.50 euros, il suffit alors de scanner le code de chaque pièce visitée pour remonter le temps et revivre les faits historiques marquants pour le monument tout en suivant un parcours plongeant le spectateur dans de minutieuses reconstitutions .J'ai testé pour vous cette nouvelle présentation et c'est un merveilleux outil pédagogique et une belle sortie pour toute la famille.

En visitant en famille et en pénétrant auparavant dans la Conciergerie, il était alors bien difficile de réaliser l'importance de ce joyaux de l'histoire , longtemps laissé à l'épreuve de notre imaginaire comme un lieu de mémoire de la révolution, sans parcours indicatif , sans imagerie qui puissent nous permettre de remonter le temps pour profiter de la visite afin d'y imaginer les divers stades de son histoire.....C'est chose faite aujourd'hui , car si vous venez ou si vous redécouvrez "La Conciergerie" avec toute votre famille et avec vos enfants à partir de cette semaine vous aurez dès lors toute la capacité de franchir les murs et de parcourir un voyage dans le temps grâce à l'histoPad , une tablette tactile louée à votre entrée moyennant 6.50 euros ( C'est un nouvel outil pédagogique merveilleux permettant des reconstitutions spectaculaires des espaces de la Conciergerie tels qu'ils existaient à differents moments de l'histoire .) Vous aurez comme moi la sensation de pénétrer dans l'histoire unique à Paris et en France et vous pourrez profiter de cette visite active en famille pour suivre la rigueur scientifique d'un véritable parcours révolutionnaire rendu possible grâce au travail sur une année entière de chercheurs et d'historiens pour parvenir à enrichir ce parcours historique et à rendre intéressant, vivant et ludique à la fois, la visite de ce Joyaux de notre histoire .